Qu’est ce qu’une aurore boréale ?

Share:

Définition de l’aurore boréale

aurora_01Depuis que le monde est monde, les aurores polaires font partie intégrante de notre planète Terre. Elles ne dépendent aucunement de l’activité humaine, mais plutôt de celle du Soleil et du champ magnétique terrestre!
L’aurore n’est pas, tel qu’on l’a cru pendant longtemps (jusqu’à il y a 70 ans), causée pas la réflexion de la lumière solaire sur les glaces de l’Arctique.
Toutefois, c’est effectivement le soleil qui est responsable des aurores polaires. La surface turbulente du soleil rejette dans l’espace des atomes et des particules subatomiques (protons, électrons). Lors de violentes tempêtes solaires, une grande quantité d’électrons et de protons venant du soleil arrivent dans l’atmosphère terrestre et excitent les atomes d’oxygène et d’azote, lesquels deviennent subitement lumineux et produisent les magnifiques voiles (rubans ou rideaux) de lumière colorée que sont les aurores polaires. On les nomme polaires parce qu’une fois arrivées dans l’atmosphère terrestre, les particules sont prises au piège par le champ magnétique qui les force à se diriger vers les pôles magnétiques nord (aurore boréale) et sud (aurore australe).
L’aurore a la forme d’une mince bande elliptique – l’ovale auroral – centrée sur les pôles nord et sud magnétiques, i.e. environ à 700 mètres des pôles géographiques. La grandeur de cette forme dépend de l’activité solaire: plus le Soleil est « silencieux » et le vent solaire calme, moins l’ovale est grand; contrairement, plus le vent solaire frappe le champ magnétique terrestre avec force et rafale, plus l’aurore devient large et s’étend.

Historique

En 593 avant J.-C, le Grec Anaximène aurait aperçu des « nuages de gaz enflammé ». Il semble bien que ceci aurait été une aurore polaire.
Au XVII siècle, Galilée aurait été le premier à utiliser l’expression « aurore boréale » pour nommer ce phénomène, mais il semble qu’il n’en avait pas encore trouvé l’explication.
Au cours du XIX siècle, quelque 27 théories scientifiques ont tenté d’expliquer, sans succès, le phénomène des aurores.
Au cours de la première moitié du XX siècle, un norvégien, Olaf Birkeland a associé les aurores avec les courants électriques crées dans l’atmosphère par des particules solaires.
Depuis les 30 dernières années, les instruments de mesure par satellites ont permis de comprendre la relation de cause à effet entre les taches solaires et les aurores. Plus les taches sont nombreuses, plus les aurores deviennent visibles des régions peuplées.

Où voir des aurores boréales ?

On peut les observer à plusieurs reprises au cours de l’année surtout dans le nord du Canada, en Alaska et dans la partie nord de la Scandinavie. Plus particulièrement à Fairbank et Nome, deux villes de l’Alaska : plus de 200 nuits par an ont lieu des aurores polaires ! Nulle saison ne privilégie la fréquence des aurores polaires. Elles sont fréquentes surtout tous les onze ans, lorsqu’on observe un maximum de tâches solaires. Cependant, puisqu’elles ne sont visibles que la nuit, on a plus de chance de les voir durant l’hiver et plus fréquemment autour de minuit (entre 22h00 et 3h00). elles peuvent enflammer le ciel pendant plusieurs minutes et même parfois pendant plusieurs heures. Le plus souvent, les aurores polaires surgissent dans la direction du nord mais on observe parfois de pâles rubans lumineux qui traversent le ciel d’Est en Ouest.

 

Previous Article

Pourquoi les aurores boréales ont elles plusieurs couleurs ?

Next Article

les croyances autour des aurores boréales

Continuez votre lecture avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *