Histoire de l’Iditarod

Share:

En 1925, une épidémie de diphtérie a menacé la ville de Nome tout le sérum de Nome a été épuisé et l’approvisionnement le plus proche était à Anchorage. Un train a transporté le sérum jusqu’à Nenana, il a été transporté ensuite de Nenana à Nome par des chiens de traîneau. Vingt équipes se sont relayées pendant 1 semaine.
Balto était le chien de traîneau de tête de l’équipe menée par le musher Gunnar Kassen. Il est célèbre pour avoir travaillé très dur pour finir la course.
Un autre chien appelé Togo est connu comme l’animal qui a effectué la plus longue distance .

Joe Redington a fondé d’Iditarod. Il est connu comme « le père de l’Iditarod ». La première course de traîneau a eu lieu en 1973. La course est en mémoire de Balto. Aujourd’hui cet événement historique est commémoré avec la course de chien de traîneau la plus célèbre du monde : l’Iditarod. Elle commence à Anchorage le premier samedi de mars ( un départ synchronisé est donné à Wasilla ).Le premier musher arrive à Nome approximativement 10 à 12 jours plus tard.
Les équipes courent jour et nuit . Il y a beaucoup de checkpoints le long de la course. Les années paires, les coureurs utilisent l’itinéraire Nord, et les années impaires ils utilisent l’itinéraire Sud.

Quelques checkpoints sont effectués dans les villages le long de la piste, et les autres sont des endroits abandonnés pendant le reste de l’année. À chaque checkpoint il y a des vétérinaires pour vérifier la santé des chiens, des volontaires pour aider, et des approvisionnements d’aliments pour chiens et de paille pour leurs literies . C’est les mushers qui doivent fournir les aliments pour leurs chiens.

Quelques une des Règles :

  • 1. Les mushers doivent signer à l’entrée et à la sortie de chaque checkpoint.
  • 2. Les mushers doivent prendre un repos de 24 d’heure à un checkpoint
  • 3. Les mushers doivent n’utiliser pas plus de deux traîneaux pendant la course
  • 4. Les mushers doivent porter l’équipement exigé dans leurs traîneaux.
  • L’équipement est :
    • un sac de couchage.
    • Une hache.
    • Des chaussures de neige.
    • Des bottines pour les chiens,
    • un réchaud et une gamelle
    • un livret pour que les vétérinaires vérifient la santé des chiens aux chekpoints.
  • 5. Les mushers peuvent commencer la course avec un maximum de 16 chiens et doivent la finir avec un minimum de 5 chiens.
  • 6. Les chiens doivent être bien traités si un chien meurt, un vétérinaire l’examinera pour voir si le musher peut continuer la course.
  • 7. Une bonne capacité physique est exigée

À l’époque où le courrier était transporté avec des chiens de traîneau, les conducteurs de chien ont construit sur une série de « roadhouses » ( petit restaurant style routier) entre leurs différents villages de destinations. Ces mushers étaient dehors par tous types de temps alors ils ont décidé d’employer un « plan de vol. » Ils faisaient savoir au village où ils devaient se rendre qu’ ils arrivaient, alors une lampe de kérosène était allumée et accrochée à l’extérieur du « roadhouse ». Elle a non seulement aidé le musheur à trouver sa destination la nuit, mais d’une manière primordiale, elle signifiait qu’une équipe était quelque part dehors sur la piste. On n’éteignait pas la lampe jusqu’à ce que le musher ait atteint sans risque sa destination.


Depuis 1986, les États-Unis ont continué la tradition en accrochant « une lanterne rouge, » comme on la connaît aujourd’hui. La lanterne est allumée au début de la course et accrochée tous les ans sur la ligne d’arrivée, pour n’être éteinte que quand le tout dernier musher franchit la ligne d’arrivée.
Une fois que le musher franchit la ligne, il peut éteindre la lanterne, cela signifiant la fin officielle de la course. Ainsi, le dernier musher de la course s’appelle le musher  » lanterne rouge ».

Vous ne pouvez comparer l’Iditarod à aucun autre événement dans le monde!
Une course de plus de 1049 milles de rudesse, des plus beaux paysages que Mère nature puisse nous offrir, des montagnes déchiquetées, des lacs gelés, des forêts denses, la toundra désolée et les milles de rivage balayé par le vent. Ajoutez à cela des températures loin en dessous de zéro, les vents qui peuvent causer une perte complète de visibilité, de longues heures d’obscurité et vous avez l’Iditarod! UNE COURSE EXTRAORDINAIRE, une course possible seulement en Alaska.
Beaucoup de gens se demandent « que veux dire Iditarod? » : dans le livre de Libby Riddles « Race Across Alaska » , elle rapporte que les premiers Indiens Athabascan ont appelé leur terrain de chasse Haiditarod, « l’endroit éloigné. » Plus tard quand de l’or a été découvert dans le même secteur les mineurs ont fondé une ville sur le terrain de chasse des Indiens, qu’ils ont orthographié Iditarod.
Elle s’ est appelée « La dernière grande course sur terre » et a gagné l’acclamation et l’intérêt mondial. Des reporters allemands, espagnols, britanniques, japonais et américains ont couvert l’événement. Des journalistes de magasines étrangers, des magasines d’aventure, des journaux se rassemblent à Anchorage et à Nome pour enregistrer l’excitation que provoque la course. Elle n’est pas simplement une course de traîneau de chien… c’est une course dans laquelle des hommes et des femmes de tous niveaux , de tout horizon ( des pêcheurs, des avocats, des médecins, des mineurs, des artistes, etc… ) s’affronte. C’est une course organisée par des milliers de volontaires, d’étudiants et de résidants de village longeant la course. Ils agissent en tant que contrôleurs, coordonnateurs, vétérinaires pour chaque musher .

 
Previous Article

Tracé de l’Iditarod en Alaska

Next Article

Photos de la grande odyssee

Continuez votre lecture avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.